Une recherche scientifique engagée pour la transition vers un système alimentaire durable

Alimentation Durable
15 novembre 2021

Une meilleure compréhension des enjeux et mécanismes écologiques, socio-économiques et nutritionnels de l’agriculture et l’alimentation est indispensable pour orienter la transition. Pour cela, nous soutenons des analyses et prospectives fondées sur les connaissances académiques et empiriques et accompagnons, en France et en Espagne, le développement de la recherche multidisciplinaire sur l’Alimentation Durable. Tour d’horizon de nos dernières actions avec notamment, la remise des Daniel Carasso Fellowship à 2 jeunes chercheurs à Madrid, le 14 octobre dernier !

La recherche sur les systèmes alimentaires : une voie d’avenir

Le 6ème rapport d’évaluation du GIEC, rendu public l’été dernier, fournit de nouvelles estimations de la possibilité́ que le réchauffement planétaire excède 1,5 °C au cours des prochaines décennies et fait valoir qu’à moins de réductions immédiates, rapides et massives des émissions de gaz à effet de serre, la limitation du réchauffement aux alentours de 1,5 °C, ou même à 2 °C, sera hors de portée. « Ce rapport nous confronte à la réalité́ », a déclaré́ Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du Groupe de travail I du GIEC. « Nous avons aujourd’hui une image beaucoup plus claire du climat passé, présent et futur, ce qui est essentiel pour comprendre ce vers quoi nous allons, ce qui peut être fait et comment nous préparer. » [1]

L’agriculture et l’alimentation représentant près d’un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre, la lutte contre le changement climatique est de fait en lien étroit avec la mission sociale de notre Fondation. Accompagnant depuis plus de 10 ans les acteurs de terrain, nous soutenons également le développement et la diffusion des connaissances à travers la recherche pluridisciplinaire en faveur de la transition vers un système alimentaire durable. Compte tenu de l’urgence à laquelle nous sommes tous confrontés, il nous paraît en effet essentiel d’encourager et de consolider les connaissances scientifiques sur la transition agricole et alimentaire afin de favoriser des transformations concrètes, d’appuyer des prises de décisions courageuses et éclairées.

[1] https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2021/08/IPCC_WGI-AR6-Press-Release_fr.pdf

gso
«
En tant qu’acteur philanthropique de l’Alimentation Durable, nous pensons qu’il est nécessaire de soutenir une forme de recherche scientifique qui soit motrice de la transition agroécologique. La recherche agricole et alimentaire devrait se mettre au service d’un véritable projet de société agroécologique, solidaire, démocratique. A l’image du Daniel Carasso Fellowship, du dispositif CO3, ou du projet ClimOliveMed, la Fondation s’appuie en permanence sur des recherches scientifiques engagées et participatives.
»
Guilhem Soutou, Responsable de l’axe Alimentation Durable

Célébrer la science au service de la transition lors de la remise des premiers Daniel Carasso Fellowship

Le 14 octobre dernier, nous étions réunis à Madrid pour remettre à 2 jeunes chercheurs les premiers Daniel Carasso Fellowship. Lors de cette cérémonie diffusée en streaming, et disponible sur notre chaîne Youtube, Raquel Ajates, chercheuse à l’Université nationale d’enseignement à distance (UNED), et Daniel Gait’an Cremaschi, chercheur à l’Université autonome de Barcelone (UAB), ont présenté leurs projets sur la diversité et la gouvernance des semences, et sur les marchés publics alimentaires durables en Espagne. Pour marquer cette bourse dotée de 160 000 euros, les deux lauréats ont reçu des mains d’Isabelle Le Galo, directrice adjointe de la Fondation en Espagne, Marie-Stéphane Maradeix, déléguée générale et Philippe-Loïc Jacob, administrateur, une sculpture spécialement créée par l’artiste espagnol Jaume Plensa.

La soirée s’est poursuivie autour d’un débat sur la contribution de la science aux défis sociétaux. Les six grands experts réunis ont souligné l’importance de la coopération et du dialogue entre acteurs pour relever des défis complexes et urgents : climat, perte de la biodiversité, dégradation des ressources naturelles, inégalités sociales, malnutrition, obésité… « La recherche systémique nous oblige à travailler ensemble, à être vraiment inter- et trans-disciplinaires, car l’innovation technologique doit être menée main dans la main avec le social, les politiques publiques, le secteur financier… Tout cela doit former un tout organique et signifiant, lié par une intention commune » a assuré Carlos Mataix, directeur du Centre d’innovation en Technologie pour le Développement Humain.

Pour Maria Navarro, responsable de l’Office espagnol du changement climatique, quand on parle de politiques alimentaires « on se concentre toujours sur le secteur de la production. Or le système alimentaire est une réalité plus complexe : il commence par la production, passe par la transformation, la distribution et la consommation. Cette approche est un changement radical qui doit être pris en compte. » Une affirmation confirmée par Maria Ramos, chercheuse en agroécologie et biodiversité « Nous en sommes aux tous débuts de la recherche sur les systèmes alimentaires dans leur ensemble. Les disciplines sont aujourd’hui encore très compartimentées et hyperspécialisées. Il est nécessaire de faire de la science autrement, pas seulement en unissant différentes disciplines mais aussi en intégrant d’autres acteurs, en suscitant le besoin de nouvelles connaissances pour comprendre les systèmes alimentaires. » Jane Battersby, lauréate 2017 du Premio Daniel Carasso (prédécesseur du Daniel Carasso Fellowship), a conclu cette table-ronde depuis l’Afrique du Sud : « L’alimentation est aussi une question politique très controversée. Ces nouvelles formes de coopération que nous essayons de trouver, doivent se concentrer sur les systèmes alimentaires mais aussi prendre conscience de la façon dont tous les éléments sont liés les uns aux autres. La durabilité alimentaire est une question d’avenir. »

Toujours attachés aux croisements entre les disciplines et les approches, nous avons invité Cristina Pato, lauréate 2020 du Prix Artiste citoyen engagé, à traduire les préoccupations scientifiques de nos lauréats en une pièce artistique unique « Public seeds : a musical dialogue » qui a été jouée sur scène.

Le soutien et la mise en réseau de projets de recherche participative engagés pour la transition écologique

Pour accompagner efficacement la recherche scientifique engagée, nous soutenons également la collaboration des disciplines dans une démarche de participation citoyenne, et de co-construction de savoirs pour le bien commun. Ainsi, nous nous associons avec d’autres structures pour faire émerger des projets d’avenir et encourager les synergies entre chercheurs et société civile qui concourent à la transition écologique.

Depuis 3 ans, nous participons au dispositif CO3, en partenariat avec l’ADEME, la Fondation de France, Agropolis Fondation et la Fondation Charles Léopold Mayer-FPH, avec pour objectif la mise en lumière et le soutien à des projets de recherche participative, jusqu’alors très peu financés. Le dispositif CO3 vise à encourager la collaboration vertueuse entre chercheurs et société civile en vue de produire des savoirs renouvelés et d’apporter des réponses aux défis alimentaires, sanitaires et agro-environnementaux des années à venir. En 2021, sur les 10 projets récompensés, nous avons financé :

  • FAPO-2050 : Les futurs de l’agroécologie paysanne en Occitanie 2050 (Portage : réseau InPACT Occitanie, UMR ART-Dev (Cirad, CNRS, Universités Paul Valéry et Université Via Domitia) ;
  • SAGITERRES : Stratégies collectives pour une agroécologie de territoire par les coopérations cultures – élevages (Portage : INRAE et Biocivam de l’Aude) ;
  • LEVAINS : Partager les savoirs et construire la recherche pour accompagner l’évolution des pratiques boulangères au levain (Portage : UMR SPO (INRAE) et BioCivam de l’Aude.

Autant de voies que nous espérons prometteuse pour faire évoluer les systèmes agricoles et alimentaires vers plus de résilience et de durabilité environnementale et de justice sociale !

Crédits photos : Javier Echánove