Engagés pour le Climat !

Philanthropie
18 novembre 2020

Le climat est l’affaire de tous. Il nous reste moins de 10 ans pour changer le cours des choses et apporter notre contribution à l’Accord de Paris sur le Climat. Nous nous efforçons de prendre à part à ce défi collectif au quotidien, à travers nos programmes et notre politique d’investissement, mais également en participant activement à la mobilisation des fondations en Europe. Ainsi la Coalition Française des Fondations pour le Climat et le mouvement #FundacionesPorElClima en Espagne viennent de voir le jour.

Un défi commun

La crise sanitaire de la Covid-19 a considérablement changé notre monde et éveille les consciences sur les différentes voies possibles de reconstruction. Cependant, l’origine de cette crise est probablement l’un des symptômes d’une crise plus profonde, durable et mondiale, celle du dérèglement climatique qui impacte d’ores et déjà les plus vulnérables et la richesse de nos écosystèmes. L’arrivée de cette crise et ses impacts sont un signal d’alarme nous appelant à agir vite.

« Il semble y avoir un grand décalage entre la prise de conscience de la crise climatique dans le discours des fondations internationales et des philanthropes et leur engagement réel » constate Marie-Stéphane Maradeix, déléguée générale de la Fondation Daniel et Nina Carasso, qui a initié le débat lors de l’assemblée générale 2019 de l’European Foundation Center. « Pour augmenter le financement des fondations sur ces questions, nous devons cesser de penser que des secteurs comme l’environnement, l’éducation ou la santé sont complètement séparés du changement climatique, et plutôt considérer le climat comme une question transversale. »

Le changement climatique renforce déjà les inégalités existantes et rend les grands défis auxquels les sociétés sont confrontées plus difficiles à résoudre. Dans son guide dédié, Active Philanthropy livre des perspectives d’actions quelle que soit sa mission (justice et démocratie, santé, éducation, exclusion, préservation de la nature) à travers des exemples concrets, dont celui de la Fondation.

Save the Date : Case study Spécial Fondation Daniel et Nina Carasso

Webinaire organisé par Active philanthropy et Dafné le 8 décembre de 16h à 17h

Informations et inscriptions

«
Nous devons cesser de penser que des secteurs comme l’environnement, l’éducation ou la santé sont complètement séparés du changement climatique, et plutôt considérer le climat comme une question transversale.
»
Marie-Stéphane Maradeix
Déléguée générale de la Fondation Daniel et Nina Carasso

Prêtes comme aucun autre acteur à se concentrer sur des horizons à long terme, les fondations peuvent jouer un rôle clé, comme le soulignent  Charles Sellen Global Philanthropy Fellow, Lilly Family School of Philanthropy, IUPUI, Éléonore Delanoë, Chargée de recherche et Arthur Gautier Professeur, directeur exécutif, de la chaire Philanthropie, ESSEC, dans un article récemment  publié dans The Conversation : « Malgré des moyens insuffisants pour affronter l’ampleur de la crise climatique, la philanthropie a plusieurs cartes utiles à jouer : intégrer le climat dans l’ensemble des programmes et des causes, investir et agir dans une logique bas carbone, et faire levier sur les décideurs publics en réunissant une pluralité d’acteurs autour de la table. »

Encourager les coalitions partout en Europe

« Au fil de nos échanges et de nos contacts pour porter ce sujet, nous nous sommes rendus compte que des initiatives émergeaient. L’enjeu est aujourd’hui d’amplifier ce mouvement, de faciliter les collaborations et le partage d’informations » explique Marie-Stéphane Maradeix. Ainsi, la Fondation Daniel et Nina Carasso a-t-elle initié et financé au niveau européen, la Philanthropy Coalition for Climate. Hébergée et animée par le réseau Dafné, elle a été co-créée avec l’aide de l’Association of Charitable Foundations (ACF) en Grande-Bretagne, l’Asociacion Espanola de Fundaciones (AEF), le Centre Français des Fonds et Fondations (CFF) et le Global Dialogue.

En France, la Coalition française des fondations pour le Climat, a été lancée officiellement par le CFF le 18 novembre 2020, lors d’un événement réunissant Nicolas Hulot, Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme et Valérie Masson-Delmotte, co-président du Groupe 1 du GIEC. La Coalition a lancé une enquête d’état des lieux au sein du secteur et publie un manifeste, véritable appel à l’action, à la mobilisation collective et à l’engagement.

Avec près de 3 milliards d’Euros dédiés aux projets, 28 milliards d’Euros d’actifs et 130 000 salariés, les 42 00 fondations et fonds de dotation actifs représentent en effet une capacité d’action non-négligeable. Le Manifeste appelle l’ensemble des acteurs de la philanthropie à se mobiliser, à adopter des mesures structurelles en fonction de la réalité de chacun afin de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique en :

  • Reconnaissant l’urgence d’agir face aux enjeux climatiques, à leurs impacts actuels et aux risques qu’ils font peser sur l’ensemble de l’humanité et en particulier, les populations les plus vulnérables.
  • S’engageant activement et concrètement dans la lutte contre les causes et les effets du dérèglement climatique en mettant en œuvre toute solution permettant de réduire leurs impacts.

En Grande-Bretagne, le pacte Funders Commitment on Climate Change  est aussi en route.

En Espagne, la Fondation Daniel et Nina Carasso et l’Association espagnole des fondations (AEF) ont conduit avec énergie et enthousiasme une coalition philanthropique espagnole : « Fundaciones por el Clima ». Une aventure collective menée avec 45 fondations pionnières et lancée le 17 novembre 2020 après de nombreux échanges permettant d’identifier les intérêts, besoins et potentiels.

«
Nous avons réalisé que c'était le moment de cristalliser les efforts, une dynamique ressentie par de nombreuses organisations. Il est essentiel d'unir nos forces, de créer ensemble et que notre secteur réagisse de manière énergique. Il nous reste 10 ans pour faire un grand virage ensemble
»
Isabelle Le Galo Flores
Déléguée adjointe pour l'Espagne de la Fondation Daniel et Nina Carasso

Notre fondation, en première ligne

Depuis 10 ans, nous avons cherché à apporter des réponses aux enjeux sociaux et environnementaux du 21esiècle, en intégrant le défi du changement climatique. La fondation a ainsi alloué, entre la France et l’Espagne, plus de 1 000 subventions et plus de 80 millions d’euros en suivant les deux axes qui sont les nôtres, l’Alimentation Durable et l’Art Citoyen

A travers notre axe Alimentation durable, nous appréhendons toutes les dimensions de l’alimentation, de la graine à l’assiette, et leurs impacts sur notre écosystème actuel : de la perte de biodiversité, au réchauffement climatique ou encore aux inégalités. Nous nous efforçons à travers les projets que nous soutenons, en France et en Espagne, de faire émerger des pratiques plus durables, pour permettre un accès pour tous à une alimentation saine, respectueuse des personnes et des écosystèmes et accélérer la transition. Nous prônons ainsi une approche agroécologique, solidaire et démocratique.

Avec l’axe Art Citoyen, nous affirmons le rôle de l’art comme ciment de la citoyenneté et comme acteur du changement pour relever les défis du monde contemporain. Que cela soit en milieu scolaire, en lien avec la science, ou par la mobilisation d’artistes, les projets soutenus ouvrent les horizons de nos connaissances et de nos pratiques, inventent de nouveaux modèles pour demain, éclairent et encouragent la participation citoyenne.

Enfin, depuis plusieurs années, nous avons orienté la gestion de notre patrimoine financier selon des critères environnementaux et sociaux élevés, en phase avec de nombreux Objectifs de Développement Durable (ODD). La Fondation est signataire de la campagne Divest/Invest, engagement qui se concrétise par des investissements dans des solutions pour le climat : énergie décarbonée, efficience énergétique, agriculture durable…

Considérant l’investissement à impact comme un levier puissant et pertinent pour l’avènement urgent d’une économie plus écologique et inclusive, nous avons également développé une politique dynamique avec notamment la création d’un fonds dédié à la transition alimentaire, à hauteur de 5 millions d’euros. Ce fonds dénommé FDNC-SFS (pour Sustainable Food Systems), accompagne des acteurs de l’économie sociale et solidaire dans le passage à l’échelle, mais aussi des food-tech prometteuses, ou d’autres modèles « for profit » plus matures comme des acteurs spécialisés sur le marché du bio. Tous ces modèles peuvent être porteurs de réponses pour accélérer la transition vers une alimentation saine et respectueuse des ressources de la planète.

« Nous allons poursuivre notre engagement de manière active en établissant une stratégie climat avec une feuille de route pour les années à venir » conclue Marie-Stéphane Maradeix.